Le Mathis

Réouverture

Le Mathis | Réouverture parisianisme magazine hotel-mathis-paris-chambre-classique-1 (1)

parisianisme magazine hotel-mathis-paris-chambre-classique-1

Entre l’Elysée, les Champs, la place de la Concorde et la Seine se situe l’un des arrondissements les plus privés de la capitale, le Triangle d’Or. Berlines à vitres teintées, talons vertigineux, coupés sport et sacs de grandes marques se disputent la vedette le long des avenues bordées d’arbres. Quartier tantôt bling, tantôt huppé, au sein duquel la crème des établissements parisiens se livre une guerre sans merci à coup de bouteilles millésimées et de repas gastronomiques. Ancienne institution de la nuit du gotha, c’est au tour du Mathis de prendre le tournant 21e siècle et de dévoiler sa nouvelle conception de l’hôtel grand cru. Nouveau repère de la hype qui a su garder les fondements de son ADN tant adulé par les figures iconiques du monde, il revient dans sa plus belle version. Visite guidée de l’Hôtel Mathis.

La façade récemment ravalée de cet immeuble bourgeois de la rue de Ponthieu annonce la couleur. Ici, on parle du luxe, du vrai. Exclusivité oblige, les stores et grilles noires se veulent un minimum austères, clamant que le lieu n’est pas fait pour tout le monde. Mais c’est en poussant l’imposante porte Art Déco que l’on se retrouve plongés dans l’atmosphère magnétique qui a séduit tant d’esthètes du XXe siècle. Sagan, Yves Saint Laurent, Roman Polanski ont franchi, comme vous, cette porte vitrée aux formes Bauhaus des plus sophistiquées.

Une fois à l’intérieur, prenez le temps d’admirer le hall intimiste qui s’agence tel celui d’une résidence secondaire de haut-vol : les plafonds matelassés dorés à la feuille d’or diffusent leur éclat rutilent à travers les miroirs d’époque qui tapissent les murs, ricochant comme des rayons célestes sur la laque noire du comptoir d’entrée. Au sol, un dallage graphique renforce la forte influence seventies qui a été préservée par le propriétaire des lieux, le groupe H8 Collection. Autre détail unique, la fontaine en mosaïque tabac de l’entrée a été transformée en confortable banquette, surmontée de deux fauteuils en velours or et de luminaires signés Serge Mouille. On empreinte ensuite les escaliers recouverts d’une tapisserie léopard, orchestrant un subtil voyage dans le temps à l’époque faste du Mathis et de ses fêtes où l’abondance était de mise. S’en suit un sinueux chemin vers 23 chambres dont 4 suites, rivalisant de détails design : papiers peints Cole & Son aux impressions graphiques, détails dorés, literie de palace et possibilité de privatiser les espaces entre les chambres achèvent de nous convaincre qu’on est bien ici dans de l’hôtellerie de luxe et non dans un énième boutique hôtel anecdotique. De la chambre simple, aux prestations premium, comprenez une surface de 16m2, un écran plat, une salle de bain avec grande baignoire et un minibar, à la Junior Suite, qui accuse une hausse sensible des attentions portées au décor, rien n’est laissé au hasard pour ce nouveau haut-lieu du bien être et de la sophistication.

parisianisme magazine Mathis-restaurant-lexperimentalgroup-H8collection-2
Autre référence de taille, la partie restaurant/bar de l’hotel Mathis : lieu incontournable des oiseaux de nuit pur luxe, c’est la partie la plus emblématique de l’établissement. Du restaurant orné de miroirs et de colonnades en marbre, on retiendra la cuisine néo-bistrot minutieusement réinterprétée à la sauce gastronomique. Direction ensuite le bar autrefois tenu par l’iconique Gérald Nanty, où l’on a vu entres Jean Cocteau, Françoise Dorléac ou encore Claude Montana siroter un cocktail unique dont le fondateur seul avait le secret. Les teintures rouges à l’aspect boudoir, la moquette impression fougère, les banquettes du même ton et l’ambiance tamisée digne des plus grands salons du gotha ont fait et feront toujours du bar du Mathis l’endroit où le tout-Paris s’encanaillera, sans nul autre besoin que de s’amuser entre personnes de la haute. Reprise par l’Experimental Cocktail Club, la carte des spiritueux et autres mélanges alcoolisés promet d’être sensationnelle, et de donner un coup de fouet aux institutions maison. En conservant son cadre roaming thirties et l’atmosphère confinée mais jamais bling du bar, le Mathis ne cherche pas à attirer toute la faune mode de Paris mais seulement quelques socialites de la nuit, lesquels pourront profiter du cadre propice à la rêverie jusqu’au petit matin. La nuit parisienne retrouve enfin son exclusivité.

parisianisme magazine le-mathis-bar-3-rue-de-ponthieu-75008-article_diapo-1

Hotel LE MATHIS
3 rue de Ponthieu, 75008 PARIS
www.hotelmathis.com

Les commentaires sont fermés.