Jesus Rafael Soto

Mirages

Jesus Rafael Soto | Mirages Soto-Chronochrome-Perrotin parisianisme magazine

01-Soto-Chronochrome-Perrotin

Jesus Rafael Soto est sans aucun doute l’artiste cinétique le plus important du 20ème siècle. Issu de l’ère moderne où chaque artiste cherche à atteindre l’abstraction, Soto va plus loin et explore l’abstraction perceptuelle ou vibration optique. L’art n’est plus simplement visuel, ni même juste abstrait, il devient interactif avec son environnement, donc perceptible.

Né en 1923 au Venezuela, Jesus Rafael Soto est formé à l’école des Beaux Arts de Caracas. Influencé très tôt par le cubisme et particulièrement par le traitement de la monochromie et la géométrie des maîtres Mondrian et Malevitch, il quitte son pays en 1950 pour s’installer à Paris. Il y intègre rapidement sa communauté artistique moderniste. Soto commence alors à orienter son travail vers des expériences tridimensionnelles colorées, autour de trois notions piliers: l’espace, le temps et le mouvement. Le tableau devient sculpture, et l’image devient objet. Son oeuvre la plus représentative reste l’installation «Pénétrables». Constituée de longs fils souples en suspension, elle invite le spectateur à un parcours intérieur inédit. Chronochrome la présente à Paris en pièce maîtresse parmis une excellente selection d’autres oeuvres clefs.

18-Soto-Chronochrome-Perrotin

11-Soto-Chronochrome-Perrotin

Les œuvres rassemblées aujourd’hui à la Galerie Perrotin à Paris et à New York peuvent s’avérer déroutantes, vertigineuses et insaisissables. L’œil – mais aussi parfois le corps, subtilement piégés, errent sans fin dans des espaces atomisés, oscillant entre tableau et sculpture, objet et image. Que ce soit par le biais d’un relief mural, d’une sculpture en ronde-bosse ou encore d’un environnement, c’est à une expérience singulière, renouvelée à chaque contemplation que nous invite l’artiste – entre abstraction et attraction.

Déjà co-commissaire de Dynamo! au Grand Palais et de l’hommage Julio Le Parc au Palais de Tokyo en 2013, le jeune docteur en histoire de l’art Matthieu Poirier est ici comme un enfant dans un magasin de jouets. De la théorie en pagaille qui, dit-il, permet de donner à Soto une place à part entre les peintres Rothko, Barnett Newman, Bridget Riley, et les artistes de l’art optique et cinétique, François Morellet, Julio Le Parc, Carlos Cruz-Diez. Des pièces historiques et des installations spectaculaires (la jungle bleu occupe la moitié de la galerie), dont la plupart sont à vendre. Chronochrome nous offre donc une expérience visuelle jubilatoire au sein des murs intimistes de la galerie Perrotin, et ce jusqu’au 28 Fevrier.

CHRONOCHROME – GALERIE PERROTIN PARIS
76 Rue de Turenne, 75003 PARIS.
Jusqu’au 28 février.

Les commentaires sont fermés.