Astier de Villate

Sa vie à Paris

Astier de Villate | Sa vie à Paris tk

Photographies signées @Julie Ansiau pour le WSJ.

Quoi de plus normal qu’un ouvrage traitant de la ville de Paris, rédigé par l’essence même du parisianisme? C’est le duo Astier de Vilatte, composé de Benoît Astier de Villatte et Ivan Pericoli, qui fête sa vingtième bougie à travers un livre à la gloire de la capitale française, laquelle nourrit de sa culture, de son architecture et de son élégance l’ADN de la maison depuis ses débuts. Guide touristique d’un autre genre, plus intimiste et pointu qu’une simple liste d’adresse, c’est toute l’inspiration des deux créateurs qui se déploie à travers les arrondissements de Paris au sein de ce livre. Lumière sur la nouvelle bible du parisien averti.

Peu après la place du Palais Royal, vous remontez la rue Saint Honoré en direction de la Concorde, espérant trouver dans la myriade de boutiques qui s’agglutinent dans cette artère grand luxe une pièce unique qui ravira votre entourage par sa beauté. Et vous tombez sur cette devanture en bois noir, aux vitres bombées. A l’intérieur, des céramiques, beaucoup, des bougies aussi, un vase rempli de fleur séchées et un charme Vieille France qui embaume même devant la porte. Astier de Vilatte, 20 années au service de l’esthétisme, du raffinement et de la classe made in Paris, a convaincu le monde entier par ses pièces en porcelaines finement ciselées, ou encore ses bougies aux senteurs délicieusement complexes. Pour cette deuxième décennie de succès, le label publie un ouvrage qui résume la ville de Paris à travers ses yeux, vision désuette et terriblement romantique d’une cité où l’on vient y chercher l’amour, la culture, l’art et la manière de vivre dans une simplicité néanmoins empreinte de sophistication. Cette fameuse French Touch, l’amour du non-fini, la beauté de la désinvolture.

parisianisme magazine Benoît Astier de Villatte

L’ouvrage, tourné comme un manuscrit du XIXe siècle, répertorie et détaille les adresses fétiches de ses deux fondateurs : le bon plombier de quartier, un masseur shiatsu hors- norme, l’ébéniste qui vend des cires pour restaurer soi-même une vieille table, un orchestre à louer, une soirée chez Michou, une astrologue, un vendeur de piles introuvables, mais aussi la table gastronomique méconnue et le boulanger de quartier, en passant par un pressing confidentiel, un tailleur ou un dentiste. Un ensemble pour le moins hétéroclite qui renvoie à une optique presque chaleureuse de la ville Lumière, comme un grand village dans lequel le lecteur est le protagoniste, et se forme sa propre expérience sur les conseils des deux maîtres en la matière à l’origine de ce guide pour le moins élitiste. Niveau graphisme, le duo a vu les choses en grand : illustrations aux allures des plus belles gravures de Gustave Doré, une typographie à faire pâlir les plus éminents bouquinistes de la Rive Gauche, une couverture à la tranche or qui n’est pas sans rappeler les livres édités durant la première moitié du XXe siècle.

Mais Ma Vie à Paris est également l’occasion pour la maison d’annoncer le lancement d’une maison d’édition interne, située dans la bucolique rue Saint Vincent, en plein coeur du Quartier Latin. Lieu de base des plus grandes tragédies romanesques issues de la littérature française, le quartier matche totalement avec l’esprit de souche que conserve le label dans ses agissements, d’autant plus que la prochaine boutique ouvrira ses portes sous peu dans l’arrondissement adjacent, le 6e. Autre particularité notable, c’est aussi le premier guide de Paris imprimé par presse typographique, autrement dit l’ancêtre des presses actuelles qu’a inventé Gutenberg vers 1450 à la genèse de l’impression. Cette technique, pratiquement obsolète de nos jours, se pratique à l’imprimerie SAIG laquelle est la dernière à utiliser la composition au plomb et rachetée récemment par Astier de Villatte, dans un soucis de sauvegarde du patrimoine.

parisianisme magazine portrait Ivan Pericoli Benoît Astier de Villatte

Ivan Pericoli (gauche) et Benoît Astier de Villatte.

Premier volume d’une lignée annoncée plutôt longue, ce guide unique d’un Paris insolite et réservé aux connaisseurs se veut précurseur d’une nouvelle lignée d’ouvrage, permettant de découvrir une ville autrement que par ses attractions touristiques. Concept qui, d’après les dires des deux créateurs, devrait s’étendre à d’autres destinations incessamment sous peu, et à notre plus grande joie.

MA VIE À PARIS
Ivan Percoli ; Benoît Astier de Villatte
Editions Astier de Villatte

Les commentaires sont fermés.