André Saraiva

Une rentrée chargée

André Saraiva | Une rentrée chargée parisianisme magazine andre-saraiva café henrie berluti swann club

andre-saraiva

André Saraiva devant le Café Henrie à New York. Photographie @Peter Ash Lee.

C’est à l’occasion de la Fashion Week new-yorkaise que l’artiste résolument parisien, à l’origine du Montana, du Baron et du renouveau du très exclusif Castel, a inauguré son premier café, au numéro 116 de la Forsyth Street. Dans ce nouveau bloc branché, situé à l’est du populaire Chinatown, Monsieur Saraiva a posé ses valises et créé un nouveau lieu fidèle à son sens de l’esthétisme: murs blancs, couleurs pastels, un ensemble délicieusement rétro, telle la cafétéria d’une high school californienne corrigée par l’artiste David Hockney. Des néons aux couleurs acidulées projettent ici et là le nom de ce nouveau lieu de rencontre du tout New-York.

Pour l’inauguration, le 14 septembre, la bande très parisienne du designer était conviée: Sarah Andelmann, Olivier Zahm et autres personnalités du monde de la mode alternative. La soirée de lancement s’est conclue par la signature du nouvel ouvrage de Jeannette Hayes, Purple Book, retraçant avec brio les années de succès du magazine éponyme, Purple, unique en son genre et visionnaire à la fois.

Mais ce n’est pas tout. André Saraiva occupe également le devant de la scène mode de ce mois de septembre 2015. En effet, la maison italienne de souliers Berluti a fait appel à l’artiste pour réaliser trois courts-métrages, mettant en scène les modèles iconiques du chausseur aux pieds de personnalités déjà conquises par leur design pur d’une élégance folle. Derek Blasberg, journaliste star du New York Times, Benjamin Millepied, étoile brillante de l’Opéra de Paris et André Saraiva lui-même ont prêté leurs pieds et leur sens du swing à la maison pour cette nouvelle campagne, intitulée Bienvenue au club Swann.

La marque de t-shirts d’exception Majestic Filatures a également fait appel à l’artiste afin qu’il dépose sa patte de graffeur, reconnaissable entre mille, sur ses pièces basiques. En résulte une ribambelle de slogans appelant au voyage, des Tokyo je t’aime ou Paris mon amour, déclinés sur coton ou cachemire pour les plus frileux.

Enfin, le roi de la nuit parisienne a orné de ses graphismes les invitations du prestigieux Bal de l’Opéra de Paris qui aura lieu le 24 septembre prochain dans le plus beau monument de la ville lumière. On l’annonce comme l’évènement le plus attendu de la rentrée.

Les commentaires sont fermés.